Bbabo NET

Actualités

Les Soudanais retournent dans les rues pour protester contre le coup d'État militaire

Des milliers de Soudanais sont descendus dans la rue jeudi lors du dernier rassemblement de masse pour protester contre le coup d'État militaire de l'année dernière qui a bouleversé la transition vers un régime civil, ont déclaré des témoins.

Les foules ont agité des drapeaux et scandé des slogans, se prévenant mutuellement de surveiller les forces de sécurité qui ont lancé des répressions meurtrières lors de rassemblements précédents, faisant au moins 79 morts et des centaines de blessés, selon des médecins indépendants. aux militaires, on ne peut pas leur faire confiance », ont crié des manifestants dans la ville d'Omdurman, la ville jumelle de la capitale Khartoum, située de l'autre côté du Nil.

"Donnez le dos à la rue, cela ne vous trahira pas", ont-ils ajouté.

Alors que le Soudan a nié à plusieurs reprises avoir ouvert le feu sur des manifestants, Human Rights Watch a cité des témoins expliquant comment les forces de sécurité ont utilisé à la fois des "balles réelles" et tiré des grenades lacrymogènes "directement" sur la foule, une tactique qui peut être mortelle de près. Des manifestations de masse régulières ont secoué cette nation troublée du nord-est de l'Afrique depuis le coup d'État militaire du 25 octobre dirigé par le chef de l'armée Abdel Fattah al-Burhan.

La prise de pouvoir a fait dérailler un fragile accord de partage du pouvoir entre l'armée et les civils qui avait été minutieusement négocié après l'éviction en 2019 de l'autocrate de longue date Omar al-Bashir.

Des manifestations ont également eu lieu jeudi dans le sud de Khartoum, où des manifestants ont bloqué les rues avec des barricades en pierre et en brique, a indiqué un correspondant de l'AFP.

Dans le centre de Khartoum, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes sur des dizaines de manifestants pour les empêcher de se diriger vers le palais présidentiel. Beaucoup ont été vus portant des drapeaux soudanais et brandissant des affiches d'autres manifestants qui ont été tués, des militants affirmant que la marche n'était qu'une chaude -préparés pour un rassemblement plus important qu'ils prévoient le 14 février.

"Les manifestations d'aujourd'hui sont en préparation des manifestations de masse de lundi", a déclaré la militante Roaa Bashir.

Des centaines de personnes, dont des dirigeants politiques, des militants et des journalistes, ont été arrêtées depuis le coup d'État, et l'éminent parti soudanais Umma a exigé une enquête indépendante sur les informations faisant état de "violations contre des manifestants pacifiques".

Mercredi, les forces de sécurité ont arrêté deux personnalités de l'opposition Forces pour la liberté et le changement (FFC), le principal bloc civil renversé après le coup d'État. le porte-parole Wagdi Saleh - a rejoint une délégation du FFC pour des entretiens avec le représentant spécial de l'ONU Volker Perthes, dans le cadre des efforts lancés le mois dernier dans l'espoir de résoudre l'aggravation de la crise.

La communauté internationale a appelé à la libération immédiate des personnalités du FFC alors qu'elles fustigeaient l'élargissement de la répression. ”.

Mercredi, le puissant commandant paramilitaire et adjoint de Burhan, Mohamed Hamdan Daglo, s'est entretenu avec le prince héritier d'Abu Dhabi, Mohamed ben Zayed, aux Émirats arabes unis, l'un des pays qui ont appelé à la restauration de la transition du Soudan vers un régime civil. « Les relations soudano-émiraties, a déclaré Daglo.

Les Soudanais retournent dans les rues pour protester contre le coup d'État militaire