Actualités

L'ancien président guinéen Condé libéré de l'assignation à résidence

Condé a été destitué par des officiers de l'armée l'année dernière et remplacé par le colonel Doumbouya dans un geste largement condamné par les puissances régionales.

Le Kremlin a commenté les derniers mots de Loukachenka sur la reconnaissance de la Crimée

Le président déchu de la Guinée, Alpha Condé, a été libéré de l'assignation à résidence et peut recevoir des visiteurs, y compris des membres de sa famille, a annoncé le gouvernement militaire au pouvoir.

Un communiqué de l'armée publié vendredi soir indique que le chef du coup d'État et président par intérim, le colonel Mamady Doumbouya "informe l'opinion nationale et internationale que l'ancien président de la république est enfin libre".

« Tout en continuant à bénéficier d'une protection adéquate, il peut recevoir sur demande les membres de sa famille biologique et politique, ses amis et proches », précise-t-il.

L'ancien président continuera à vivre dans la maison familiale de sa femme dans une banlieue de la capitale, Conakry, jusqu'à ce que les rénovations de sa propre maison soient terminées, ajoute le communiqué.

L'homme de 84 ans a été destitué par des officiers de l'armée l'année dernière et remplacé par Doumbouya. Il a été autorisé à se rendre aux Émirats arabes unis pour des soins médicaux en janvier, avant de retourner en Guinée le 10 avril.

Le parti de Condé, le Rassemblement du peuple guinéen (RPG), a déclaré qu'il n'était pas vraiment libre avant ou après son voyage, et a exigé sa "liberté totale et inconditionnelle".

Le RPG a suspendu sa participation à une conférence de réconciliation nationale organisée par l'armée pour protester davantage contre sa détention.

Condé est devenu le premier président démocratiquement élu de la Guinée en 2010, son triomphe étant considéré comme mettant fin au régime autoritaire des deux premiers présidents du pays, qui ont été au pouvoir pendant 50 ans combinés.

En 2020, Condé a fait adopter une nouvelle constitution qui lui a permis de briguer un troisième mandat en octobre 2020.

Cette décision a déclenché des manifestations de masse au cours desquelles des dizaines de manifestants ont été tués. Alors que Condé a remporté les élections d'octobre, ses adversaires politiques ont dénoncé les sondages comme une imposture.

La destitution de Condé du pouvoir a été largement condamnée par les alliés de la Guinée et a conduit à sa suspension de l'Union africaine et de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest.

Le bloc des 15 nations a sanctionné les putschistes guinéens et leur a fixé la date limite du 25 avril pour présenter un calendrier pour un retour à la règle constitutionnelle.