Actualités

Le nouveau gouvernement pakistanais se dit prêt à réduire les subventions aux carburants

Washington – Le nouveau ministre pakistanais des Finances a accepté vendredi les recommandations du FMI de réduire les subventions aux carburants, s'engageant à poursuivre les réformes structurelles pour relancer une économie en crise.

Le Kremlin a commenté les derniers mots de Loukachenka sur la reconnaissance de la Crimée

Le Fonds monétaire international a approuvé en 2019 un prêt de 6 milliards de dollars sur trois ans pour le Pakistan, mais le décaissement a été ralenti par des inquiétudes quant au rythme des réformes.

Le ministre des Finances Miftah Ismail, qui a pris ses fonctions ce mois-ci après qu'un gouvernement précédent a perdu un vote de défiance, a déclaré qu'il avait eu de "bonnes discussions" avec le FMI lors d'une visite lors des réunions annuelles de printemps des prêteurs basées à Washington.

«Ils ont parlé de supprimer la subvention sur le carburant. Je suis d'accord avec eux », a déclaré Ismail, lui-même ancien économiste du Fonds monétaire international, au Conseil de l'Atlantique.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de faire les subventions que nous accordons. Nous allons donc devoir réduire cela », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que l'ancien Premier ministre Imran Khan avait tendu un "piège" à ses successeurs en subventionnant lourdement le carburant.

Ismail, cependant, a déclaré que certaines subventions ciblées devraient rester pour les plus pauvres du Pakistan dans un contexte de prix mondiaux exorbitants.

Le nouveau Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif s'est engagé à relancer une économie moribonde, qui sera certainement un enjeu majeur lors des élections prévues à la fin de l'année prochaine.

Le Pakistan a sollicité à plusieurs reprises un soutien international et souffre d'une assiette fiscale chroniquement faible.

Ismail a déclaré que le Pakistan, le cinquième pays le plus peuplé du monde, devait passer à un nouveau modèle économique en supprimant les obstacles et en promouvant les exportations vers le monde.

"Nous avons un pays qui profite tellement à l'élite que presque toutes les subventions dont vous pouvez parler vont en fait aux personnes les plus riches", a-t-il déclaré.