Actualités

Un général des Gardiens de la révolution iraniens survit à une embuscade meurtrière dans une région agitée - rapport

Garde du corps tué près d'un poste de contrôle dans la province du Sistan-Baloutchistan ; les assaillants ont été arrêtés, selon la télévision d'État iranienne

Le Kremlin a commenté les derniers mots de Loukachenka sur la reconnaissance de la Crimée

Un général du Corps des gardiens de la révolution islamique aurait survécu à une attaque meurtrière qui a tué un garde du corps, selon un reportage de la télévision d'État iranienne samedi.

Le général de brigade Hossein Almassi, commandant des gardes dans la province agitée du Sistan-Baloutchistan, se déplaçait dans un véhicule près d'un poste de contrôle dans la capitale provinciale Zahedan lorsqu'il a essuyé des tirs d'hommes armés, a rapporté samedi Reuters, citant la télévision iranienne.

Le général n'a pas été blessé, selon le rapport.

Le garde du corps qui a été tué a été identifié comme étant Mahmoud Absalom, le fils d'un commandant supérieur du CGRI dans la région, selon un rapport de l'Agence de presse de la République islamique (IRNA).

Les autorités ont arrêté certains suspects mais ne les ont pas identifiés, ajoute le rapport.

Le Sistan-Baloutchistan est le théâtre d'affrontements occasionnels entre les forces iraniennes et divers groupes militants. La relation entre les résidents majoritairement sunnites de la région et la théocratie chiite iranienne est depuis longtemps tendue.

La province, frontalière du Pakistan et de l'Afghanistan, est une base pour un groupe séparatiste sunnite affilié à al-Qaïda et connu sous le nom de Jeish al-Adl, ou Armée de la justice.

Les forces de sécurité ont également affronté des trafiquants de drogue dans la province, située le long d'une importante route de contrebande d'opium et d'héroïne afghans.

En janvier, les forces du CGRI ont déclaré avoir tué un homme armé non identifié qui avait attaqué son bureau de renseignement dans la ville de Saravan au Sistan-Baloutchistan, à environ 1 360 kilomètres (850 miles) au sud-est de la capitale, Téhéran.

Fin décembre, le CGRI a déclaré avoir tué six "bandits armés" lors d'une fusillade dans la région qui a également fait trois morts parmi ses membres.