Société Actualités

Les épileptiques restent stigmatisés, leurs médicaments se font rares, parents et médecins se plaignent

14 février (bbabo.net) - Les épileptiques restent stigmatisés de nos jours et les médicaments contre la maladie sont rares, selon les parents d'enfants atteints d'épilepsie et les médecins actifs dans le traitement de la maladie, interrogés dans le cadre de la Journée internationale de l'épilepsie. Dix-sept médicaments contre l'épilepsie ont disparu du marché bulgare ces dernières années, a déclaré Veska Sabeva, présidente de l'Association des parents d'enfants épileptiques (APCE).

Moyen-Orient - Le président yéménite s'engage à ouvrir des routes à Taiz et à parvenir à la paix

La présidente de la Société bulgare d'épilepsie (BES), Petya Dimova, a déclaré qu'il existe encore de gros problèmes liés à l'accessibilité à de nombreux médicaments. Le traitement de l'épilepsie auto-immune est entravé par son absence des listes des maladies auto-immunes, des maladies rares ou des épilepsies. Les patients souffrant d'épilepsie auto-immune doivent payer leurs médicaments car les coûts ne sont pas couverts par l'assurance maladie, a déclaré Dimova.

Un épileptique sur trois souffre de formes sévères de la maladie. Le commerce non réglementé de ces médicaments se poursuit et, dans certains cas, les médicaments sauvent des vies, a-t-elle déclaré.

La députée européenne Tsvetelina Penkova a déclaré que les défis ne sont pas seulement médicaux mais aussi sociaux. La Journée internationale de l'épilepsie est l'occasion de sensibiliser le public et de voir comment chaque membre de la société peut aider, a ajouté Penkova.

Elle a noté qu'un centre d'accessibilité de l'UE, qui doit être construit d'ici 2030, permettra de mener des campagnes de sensibilisation au niveau de l'UE et offrira un meilleur accès aux bâtiments, aux services et aux activités sociales épileptiques.

Le vice-ministre de la Santé, Peter Gribnev, a demandé au BES et à l'APCE d'envoyer leurs propositions par écrit.

Les épileptiques restent stigmatisés, leurs médicaments se font rares, parents et médecins se plaignent